Bouxwiller : fiche professeur – le calcaire lacustre

ANCIENNE CARRIÈRE DE CALCAIRE LACUSTRE

La “fiche professseur”, téléchargeable, contient des documents sur le calcaire lacustre de Bouxwiller, la reconstitution du paléoenvironnement, le site de Messel en Allemagne et Cuvier…

Fiche professeur Calcaire lacustre

LOCALISATION DE L’AFFLEUREMENT

Accès par la rue Schattenmann

Derrière l’église catholique de Bouxwiller, sur la route, prendre le petit sentier à gauche, il est envahi par la végétation.

Carrière appartenant à plusieurs propriétaires privés, mais dont l’accès est autorisé.

Pour le moment, il s’agit de l’arrêt N°6 du sentier géologique mais, d’après certaines sources, cette carrière ne fera plus partie du nouveau circuit …

Quelques aspects de la carrière

Ces photographies permettent de comprendre l’état de la carrière, stratotype du Lutétien :

Carrière de calcaire lacustre en 1975

La carrière de calcaire lacustre, de nos jours

On peut encore y voir des empreintes et des fossiles de planorbe.

Une planorbe

Empreintes de planorbe dans le calcaire lacustre

Le guide géologique des Vosges Alsace décrit également la carrière de Bouxwiller

 

« La grande carrière du Lutétien est située derrière l’église catholique, au Sud de la localité. Il s’agit d’un des rares affleurements d’âge éocène du fossé rhénan. Les calcaires qu’on y exploitait sont particulièrement fossilifères et ont acquis à ce stratotype du Lutétien continental une renommée internationale. Cette carrière est célèbre par ses restes de vertébrés qui furent étudiés au siècle dernier par Cuvier. Le front de taille montre de haut en bas la coupe suivante (figure ci-dessous) :

Le schéma de la carrière de calcaire lacustre

calcaire lacustre (8 m environ, front Est) avec de rares lits marneux (0,8 à 3 m) parfois jaunâtre et fossilifères (vertébrés)

calcaires marneux brun avec lits de marnes verdâtres et passées ligniteuses (1 m)

– marnes belges et vertes pétries de coquilles et de dents de vertébrés (0,2 à 0,3 m)

calcaire lacustre en très gros bancs (8 m)

marnes blanches riches en charophytes et ostracodes (0,1 à 0,4 m)

– marnes vertes à débris d’os et dents de mammifères (petits rongeurs surtout) (0,3 à 07 m)

Pour voir les deux derniers niveaux, il faut fouiller le plancher de la carrière.

Les calcaires renferment une très riche faune de gastéropodes lacustres : Planorbia pseudoammonius, Viviparus hammeri, Limnaea, Poiretia cordieri

Les niveaux marneux ainsi que les calcaires ont livré de beaux restes de vertébrés : crocodiles, marsupiaux, insectivores, rongeurs, périssodactyles, artiodactyles, primates.

Sous les calcaires se trouvent  plus de 20 m de marnes et argiles grises et brunâtres. Elles renferment un faisceau de lignite argileux et pyriteux (1,5 m à 2 m) découvert en 1743 et exploité par galerie de 1811 à 1881 en vue de la production de vitriol et d’alun.

Ces terrains lutétiens reposent sur les marnes grises à térébratules et rhynchonelles du Bathonien. »