Sortie géologique à Colmar

Une balade de 2,5 km dans le centre ville de Colmar pour découvrir la diversité des roches constituant quelques monuments historiques.

 

Objectifs de cette sortie

Cette sortie permet d’observer (à l’oeil nu) une diversité de roches utilisées dans la construction de monuments historiques de la ville de Colmar.

Elle se prête à un travail avec des élèves de Première S dans le cadre du thème “Exploitation d’une ressource locale”.

La variété des roches, la proximité des points d”observation et l’accès par les transports en commun en font une sortie géologique facile à réaliser car rapide et peu onéreuse. Elle peut également faire l’objet d’un travail transdisciplinaire (histoire-géographie, histoire des arts, arts plastiques …)

Itinéraire

Itinéraire de la sortie

Itinéraire de la sortie

Arrêt 1 : 1, place des martyrs de la résistance

  • Nom : Eglise des Dominicains

Eglise des Dominicains

  • Historique

La construction de l’Eglise des Dominicains débuta en 1283 et s’acheva en 1346. L’essentiel de son édification se déroula principalement au début du XIVème siècle.

En 1458, un incendie endommagea la toiture et le cloitre, qui durent alors être reconstruits.

L’Eglise adopta un style  baroque après un autre grave incendie en 1720.

L’Eglise fait partie du couvent des Dominicains qui est aujourd’hui la bibliothèque municipale.

 

  • Matériaux de construction

Les différentes couleurs (jaune, orange, rouge) témoignent d’une provenance de différentes carrières. Il s’agit de différents grès.

 

Arrêt 2 : 19, rue des Têtes

  • Nom : la Maison des Têtes
    Maison des Têtes

    Maison des Têtes

    Détail de la façade de la Maison des Têtes

    Détail de la façade de la Maison des Têtes

 

  • Historique

Construite en 1609 par l’architecte Albert Schmidt pour le compte du marchand Anton Burger.

C’est donc un édifice de la Renaissance allemande, qui doit son nom aux 106 têtes ou masques grotesques décorant les panneaux de l’oriel central de 3 étages ainsi que les montants et meneaux* des fenêtres.

En 1902, Auguste Bartholdi répondit à la commande de la Bourse aux vins installée dans l’immeuble depuis 1898 en installant sur le pignon de l’édifice une statue d’un tonnelier.

La Maison des Têtes a été rénovée en 2012.

*Un meneau : Chacun des montants fixes qui divisent une fenêtre, éventuellement coupés par un ou plusieurs croisillons horizontaux. (d’après larousse.fr)

  • Matériaux de construction

Roche rose, suffisamment tendre pour y créer des nombreuses sculptures => GRES (catégorie des roches sédimentaire détritiques)

Arrêt 3 : Champ de Mars

  • Nom :  Place Rapp
Monument de la place Rapp

Statue de Jean Rapp, réalisée par A. Bartholdi en 1854.

  • Historique

Statue représentant le général d’Empire Jean Rapp (1771-1821) datant de 1854, réalisée par Auguste Bartholdi, dont c’est le premier monument public.

Elle fut d’abord exposée sur les Champs Elysées à Paris, puis à l’exposition universelle de 1855, avant d’occuper sa place actuelle depuis 1856. En effet, bien qu’abattue par les nazis en 1940, elle fut restaurée après la guerre et rétablie sur une reproduction de socle original en 1948.

  • Matériaux de construction

 Roche : minéraux visibles à l’oeil nu, jointifs -> texture grenue

Minéralogie : Feldspaths, Quartz, Micas => GRANITE (catégorie des roches magmatiques)

Arrêt 4 : Place de la gare

 

  • Nom :  Place de la gare
Gare de Colmar

Gare de Colmar

  • Historique

Construite en 1907, à l’époque de l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Empire allemand. Elle est considérée comme un des fleurons de l’architecture allemande des années 1900. L’édifice est décoré de nombreux motifs architecturaux dont l’aigle impérial et on y observe un mélange d’architecture d’Europe centrale, néo-gothique et néo-renaissance.

  • Matériaux de construction

 – Roche : rose, qui raye le verre => GRES de Phalsbourg (catégorie des roches sédimentaires détritiques)

– Briques

 

Arrêt 5 : 11 rue des marchands

 

  • Nom :  Maison Pfister
Maison Pfister

Maison Pfister

  • Historique

Construite en 1537 pour un chapelier nommé Ludwig Scherer qui avait fait fortune dans le commerce d’argent dans le Val de Liepvre.

La maison présente des caractéristiques architecturales médiévales, mais elle est aussi le premier exemple d’architecture de la Renaissance à Colmar : oriel d’angle à 2 étaes, galerie en bois, tourelle octogonale.

Les peintures qui décorent les façades représentent les empereurs germaniques du XVIe siècle , des blasons, les 4 Evangélistes, les pères de l’Église d’Occident, des scènes de la Genèse et des figures allégoriques telles que la Foi et la Justice.

 

  • Matériaux de construction

 – Roche : jaune qui raye le verre => GRES jaune de Rouffach (catégorie des roches sédimentaires détritiques)

– Bois

 

Arrêt 6 : place de la Cathédrale

  • Nom :  Collégiale Saint Martin
Collégiale Saint Martin

Collégiale Saint Martin

  • Historique

Construite de 1235 à 1365, la collégiale Saint-Martin est une œuvre majeure de l’architecture gothique en Alsace. Un incendie en 1572 détruisit la charpente et le couronnement de la tour Sud.

Celle-ci fut alors remplacée par un lanternon à bulbe, donnant à l’édifice sa silhouette caractéristique.

La collégiale Saint Martin ne fut une véritable cathédrale que durant une dizaine d’années : de la Constitution civile du clergé en 1790  à la signature du Concordat en 1801 car les deux évêques constitutionnels qui se succédèrent, ne parvinrent pas à s’imposer et à organiser un diocèse resté aux deux tiers fidèles à Rome.

  • Matériaux de construction

 – Roche : différentes couleurs, qui raye le verre => GRES qui provient de différentes carrières

d’après une sortie proposée par Mélanie Dietenbeck

Sources : http://www.ot-colmar.fr/fr/patrimoine-architectural/

Fiche élève et fiche professeur en cours d’élaboration